Sélectionner une page

Interview avec Didier Mauro par Samia Quinola
Correcteurs(rices) : Jackie Duhamel et Michael Remus

1) Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours pro ?
Cinéaste et professeur de cinéma, je suis d’abord ouvrier maçon, comme mes aïeux siciliens. J’ai suivi à la Sorbonne un cursus d’études cinématographiques et de socio-anthropologie en étudiant salarié, jusqu’au doctorat et à la qualification comme maître de conférences. Puis j’ai consacré mes activités à trois registres :
► écrire et mettre en scène des films et enseigner le cinéma,
► encadrer des actions de développement principalement en Afrique (dans 12 pays) et à Madagascar, et
► mener des recherches de socio-anthropologie culturelle qui m’ont valu d’être élu à l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.
Pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus, un groupe de mes étudiants a écrit une biographie assez complète, visible sur Internet via ce lien :
https://everybodywiki.com/Didier_Mauro

2) Qu’est-ce qui vous a amené à réaliser la série FUIR EN… ? Quels ont été vos piliers pour  cette série ? (exemple : production, icône, famille, partenaire etc.)
Les deux films du diptyque de films Fuir en Guadeloupe ! constituent les premiers opus de la collection de films intitulée Fuir ! Des road-movies dont l’intention est de proposer aux spectateurs de passer d’agréables moments de découvertes d’expressions culturelles, de voyages, de surprises, dans des pays magnifiques, tout en proposant une certaine vision du monde. La collection est traversée par des influences : Bunuel, Fellini, Godard, les surréalistes. En termes de récits, elle relève de l’invraisemblable.
Cette collection s’inscrit dans la continuité d’autres expériences du même type de celles que j’ai menées précédemment. D’abord, vraiment dans le même registre, le triptyque Madagascar l’autre voyage, produit par Bonne Pioche productions et diffusé, contre toute attente, pour la première fois sur la chaîne Voyage le soir de Noël en prime time « le meilleur jour de l’année en termes d’audience » selon les diffuseurs, puis à l’Unesco. Et, dans le genre documentaire de création rebelle, l’ensemble de 3 X 52′ Moi l’Afrique, diffusé sur TF1, puis par de nombreuses télévisions africaines, des festivals, et, en Guadeloupe, par Ciné Woulé.
Je suis engagé, en Guadeloupe, dans des actions culturelles, depuis 2012, avec la Ligue de l’Enseignement de la Guadeloupe. J’y compte nombre d’ami(e)s. J’ai eu largement le temps de m’attacher à la population, à l’histoire, à la culture, et à la terre de l’archipel. Cela m’a donné envie de faire quelque chose, une petite contribution au rayonnement de Péyi Gwadloup.
Dans le domaine où j’ai quelques compétences : la création cinématographique et l’écriture. Dans le domaine du cinéma, il y a donc les deux premiers films de l’ensemble Fuir en Guadeloupe ! (deux autres films sont en cours de montage), et le roman Un parfum de vanille à la Désirade, préfacé par Mme Felly Sedecias, et relevant du même genre de récit.
En termes de production, la collection relève de ce que le C.N.C. appelle (et l’expression est des plus intéressantes sur le plan sémantique) « des films sauvages », c’est-à-dire des créations absolument libres et indépendantes, sans aucune forme de censure de quelque ordre que ce soit. Donc des films auto-produits, tant sur le plan des ressources humaines que des moyens techniques. Et évidemment sans aucun des financements des industries de programmes audiovisuels. La logistique a bénéficié de contributions de la Ligue de l’Enseignement de la Guadeloupe, et les unités de tournage, montage, post-production full HD ont été fournies par le collectif Océans Télévisions.
Ces films sont aussi des supports permettant de valoriser, par le dispositif d’association d’images, des associations que j’accompagne de mon engagement : la Mission Cinéma Caraïbe (Guadeloupe) et Vues d’Afrique (Canada), et des producteurs, amis, avec qui je collabore de longue date (Films Grain de Sable, Cinquillo Films). Les organisations seychelloises avec lesquelles je mets en place depuis 1918 The Indian Ocean Cinema Workshop (Seychelles Broadcasting Corporation, le Film Unit et Ciné Sesel) figurent également dans le dispositif.

3) Avez-vous des anecdotes du premier et du deuxième tournage de FUIR EN… ? À partir de quelle date FUIR EN GUADELOUPE à été réalisé ? À t-il été réalisé en  Guadeloupe ? Des problèmes avec les restrictions sanitaires (dès mars 2020) ?
J’ai commencé, en 2013, à filmer, petit à petit, en Guadeloupe. Parallèlement, en Métropole j’ai accompagné les déboulés d’un groupe d’amis guadeloupéens ayant créé depuis Saint Denis (93) l’association de Mas à Senjan très dynamique, engagée, et créative Choukaj Mas Pari.
Plus qu’une anecdote, je dirai que passer une journée à débouler dans les rues franciliennes, emporté par les percussions, le sourire fraternel des participant(e)s, le souffle des conques, et la beauté des voix chantantes, est un moment de vie exceptionnel. Le temps s’arrête. Le corps et le mental sont en harmonie avec l’osmose, la communion qui émane du groupe. Il m’était extrêmement difficile de filmer, tellement j’étais pris, emporté, possédé (au sens de la possession de la Régla de Oshun) par le charme. Et je devais faire un effort terrible pour « redescendre », m’arracher à ce rêve pour penser les cadres, les lumières, les axes, le son, et tourner. J’ai tenté, dans ma façon de filmer, de restituer cette sensation merveilleuse d’enchantement du monde provoquée par les déboulés.
Après, en termes de calendrier, j’ai fait en sorte de pouvoir achever le premier film Débouler pour la Guadeloupe, avant l’anniversaire historique de la fondation du collectif Choukaj Mas Pari. La fin des tournages a eu lieu avant la pandémie Coronavirus, le montage et la finalisation ont été effectués en 2020 pendant le premier confinement. Les deux films du diptyque Fuir en Guadeloupe ont été édités en DVD fin 2020.

Crédit Visuel : Didier Mauro

4) À partir de quelle date FUIR EN ESPAGNE a été réalisé ? À t-il été réalisé en Espagne ? Des problèmes avec les restrictions sanitaires (dès mars 2020) ou autres ?
Pourquoi l’Espagne ? Parce que, d’origine sicilienne, je suis très lié au monde latin. J’ai séjourné et travaillé en Espagne à plusieurs reprises. J’ai la même relation avec l’Italie, le Portugal, ou Cuba. L’Espagne est un pays magnifique, dont la population est d’une extrême intelligence et d’une profonde gentillesse. Et, parlant couramment le castillan, cela facilite les relations humaines.
Fuir en Espagne a été filmé durant 4 semaines pendant le second semestre 2020, entre les moments de confinement. Il a posé des problèmes d’adaptation et demandé une extrême prudence sanitaire pour éviter d’être contaminé. Des problèmes de changement de lieux aussi : alors que, venant d’Alicante, nous devions filmer plusieurs jours dans la capitale, Madrid, celle-ci a soudain été re-confinée, et nous n’avons pas pu y tourner les scènes prévues.
Cependant ce film restitue une vision assez vaste de ce beau pays, puisque des scènes ont été tournées à Pamplona, Cuenca, Bardenas Reales, Santander, Valladolid, Zaragoza, Tarragona, L’Hospitalet del Infant, Toledo, Teruel, Cordoba, Sevilla, Ronda, Juzcar, Elche, Motril, Salobreña, Almuñecar, Torremolinos, Gibraltar, Tarifa.

Crédit visuel : Didier Mauro

5) Pourquoi voir ce dernier volet de FUIR EN… ? FUIR EN ESPAGNE ?
► Fuir en Guadeloupe ! Débouler pour la Guadeloupe
Desiderius a fui au bout du monde, dans la petite île de La Désirade, Guadeloupe. Pourquoi fuir ? Il cite La Tête coupable de Romain Gary : « Les îles, la fuite, le recommencement. » L’artiste parcourt l’île des désirs avec sa muse, Latina, et revient régulièrement en métropole pour filmer le groupe de Mas à Senjan Choukaj Mas Pari. Un personnage sinistre le suit, de façon inquiétante. Desiderius parviendra-t-il à lui échapper ? Au fil du récit s’esquissent des éléments d’histoire du carnaval et des groupes créoles rebelles de Mas à Senjan qui revendiquent une identité enracinée dans la grandeur de l’Afrique ancienne. Une œuvre influencée par la « Ciné-Sensation du monde » de Vertov et la « Ciné Transe » de Rouch.
55′,couleurs, Full HD, 16/9e, 2020
► Fuir en Guadeloupe ! Errances au Nord
Accompagné de Latina, Desiderius tourne un film, et écrit un livre, les deux consacrés à l’archipel de Guadeloupe. Mais deux tueurs fous sont à leur poursuite. Commence alors une joyeuse errance au nord. Le road-movie traverse les magnifiques paysages insulaires, depuis La Désirade jusqu’à Saint François. Il évoque la culture et l’histoire de cet espace créole marqué par les Amérindiens et l’Afrique, notamment lors de moments dans un cimetière d’esclaves et près d’un mémorial. Et que faire d’essentiel, sinon fuir ?
55′,couleurs, Full HD, 16/9e, 2020
► Fuir en Espagne
Après avoir fui en Guadeloupe, Desiderius erre en Espagne. Latina le recherche, tout en élaborant un livre de photographies et un film. Son parcours la mène à Pamplona, Cuenca, Bardenas Reales, Santander, Valladolid, Zaragoza, Tarragona, L’Hospitalet del Infant, Toledo, Teruel, Cordoba, Sevilla, Ronda, Juzcar, Elche, Motril, Salobreña, Almuñecar,
Torremolinos, Gibraltar, Tarifa. La beauté de l’Espagne se révèle, de lieu en lieu, et aussi son histoire, sa culture, ses arts. Des tueurs fous sont lancés à la poursuite de Latina et Desiderius. Un beau road-movie doté de passionnantes archives. Ici, réel et surréalisme se mêlent. Le second opus de la collection de films « Fuir ». Le spectateur inspiré de ce film peut devenir voyageur, en partant, lui aussi à la recherche de Desiderius.
Version cinéma 120′,couleurs, Full HD, 16/9e, 2021. Version TV : 2 X 55′

6) Où pouvons-nous visionner vos films ? 
Régulièrement, des associations, universités, etc. me demandent où visionner mon film Thomas Sankara, requiem pour un président assassiné, ou le triptyque Moi l’Afrique. Leur répondre est extrêmement difficile : moi même je n’ai pas de copies de ces films ! Nombre des films que j’ai écrits et mis en scène depuis des années sont introuvables.
Pour changer cette situation, depuis dix ans, je privilégie, pour mes films, d’abord, l’existence d’un support durable, le DVD. Ce support a le mérite de ressembler, matériellement et symboliquement, au livre. Il a la vertu, aussi, de part le dépôt légal, d’être consultable indéfiniment à la Bibliothèque Nationale de France. Dans le commerce, son prix de vente n’est pas excessif : 20 euros. Ensuite, la VOD permet de voir les films pour un coût très modique : moins de 3 euros pour visionner Fuir en Guadeloupe !
Donc, les films de la collection Fuir ! sont édités en DVD et diffusés en VOD par L’Harmattan TV, dont le cinéaste Rémi Lange enrichit régulièrement les collections avec créativité, et met en scène des couvertures magnifiques qui restituent le récit des films.
Fuir en Guadeloupe est disponible, en ligne, dès à présent. Fuir en Espagne sera disponible sur le site de L’Harmattan TV durant le dernier trimestre 2021.
Parallèlement au DVD et à la VOD, mes films sont proposés à des festivals de cinéma. Ensuite, au moins un an après l’édition DVD, ils sont proposés aux télévisions. La diffusion télévisée a deux mérites : les ventes de droits créent des revenus, et l’audience, quantitativement, est conséquente. Mais le contexte de diffusion dans le flux de ce que Godard surnommait « Le robinet d’eau tiède » ou que Jean-Michel Carré appelle « la mayonnaise » est bien plus superficiel.
Mais la situation que je préfère, pour mes films, est la projection sur grand écran. Que ce soit en salle de cinéma, en amphithéâtre d’université, dans les réfectoires d’usines, les ciné-clubs, les mairies, les lycées, etc. L’idéal est lorsque une projection est précédée d’un court exposé introductif, et suivi d’un débat avec le public.
Lien vers le DVD et la VOD de Fuir en Guadeloupe !
https://www.harmattantv.com/video-dvd-vod/index.php?keywords=fuir+en+guadeloupe&andor=and
Lien vers le roman Un parfum de vanille à La Désirade :
https://www.editions-harmattan.fr/livre-un_parfum_de_vanille_a_la_desirade_didier_mauro 9782343229270-69710.html

7) Autres choses à dire ?
Petite contribution militante symbolique à l’économie de l’association : j’ai offert à la Mission Cinéma Caraïbe les droits sur les ventes des DVD et VOD de Fuir en Guadeloupe et Fuir en Espagne.
Les prochains épisodes de la collection Fuir ! Seront les suivants :
(a). Tournages achevés, montages en cours :
. Fuir au Portugal !
. Fuir à La Réunion !
. Fuir aux Seychelles !
. Fuir en France métropolitaine !
. Fuir en Guadeloupe (opus 3 et 4) !
(b). Tournages en Projets
. Fuir à Cuba !
. Fuir à Madagascar !
. Fuir en Martinique !