Sélectionner une page

Felly SÉDÉCIAS, présidente de la Mission Cinéma Caraïbe et Samia QUINOLA, assistante communication et presse de la MCC nous racontent, samedi 9 novembre 2019 au Lamentin, les deux jours de rencontre avec les professionnels du cinéma lors de la 3ème édition du Cinéstar International Film Festival qui s’est tenue du 9 au 15 octobre 2019 au Multiplex Cinéstar de Guadeloupe. Retour d’expérience sur un moment d’échange et de partage.

Pourquoi y avoir participé ?

Felly SÉDÉCIAS : Un festival se fait en Guadeloupe. En tant qu’acteur de cette filière, nous sommes tous intéressés à aller voir l’organisation des autres festivals, à voir les films et participer activement au programme. C’est dans cet esprit que j’y suis allée, invitée par une connaissance Patricia MONPIERRE, assistante et responsable des ressources humaines au Cinéstar, qui a été responsable  du FÉMI jeunesse durant dix ans, et avec qui nous avons gardé des liens très proches. Accréditées par CINÉSTAR, nous étions présents  le dimanche 13 octobre (Samia, Coralie et moi) et le lundi 14 octobre (Coralie et moi) où il y avait une table ronde sur l’avenir du cinéma antillais.

Samia QUINOLA : Nous étions trois, Felly, Coralie et moi. Nous avons benchmarké. Nous avons étudié cet autre Festival pour pouvoir faire à la fois du networking, c’est-à-dire se mettre en relation avec les intervenants et avoir des contacts.  Nous avons observé les points positifs que ce festival propose pour pouvoir en apprendre davantage.

De gauche à droite: Samia QUINOLA, Coralie TILLE, Felly SÉDÉCIAS. Crédit photo: Samia QUINOLA

Felly SÉDÉCIAS : Christelle THÉOPHILE, la Directrice de Cinéstar, souhaite nous rencontrer et participer à notre cinéma et intervenir lors de notre prochain colloque où elle sera invitée. Ce serait très intéressant aussi de revoir d’autres personnes du cinéma d’ici que nous n’avons pas vu depuis longtemps comme le réalisateur guadeloupéen Christian Lara, déjà reçu deux fois et honoré au FÉMI.

En quoi consistait cet événement ?

Felly SÉDÉCIAS : Le Cinéstar fait partie d’un circuit de cinémas de la Caraïbe. La direction générale est basée à Puerto Rico. Ils ont une chaîne de Cinéma et ils sont présents dans toute la Caraïbe. Une fois par an, ils organisent un festival dans tous leurs cinémas. Chaque lieu choisit son programme. L’équipe CINÉSTAR Guadeloupe a réalisé un programme sur des films de la Caraïbe, des films antillais et quelques films africains.

Samia QUINOLA : Nous sommes allées à un brunch-conférence le dimanche 13 octobre à 10 heures. Le programme était bien chargé, avec la rencontre de Harry ROSELMACK et son film Fractures. Un très beau film au programme ! Ensuite, nous avons échangé sur le film, et vers la fin nous avons fait un Africa Talks en fin d’après-midi vers 16 heures.

Alors, comment s’est déroulée la rencontre avec Harry ROSELMACK ?

Felly SÉDÉCIAS : Très bien puisque Harry ROSELMACK a déjà été l’invité d’honneur au Festival FÉMI en 2012. Il se rappelait bien de moi et cela a été très sympa. J’avais déjà ses coordonnées et il avait son film en DVD.

Samia QUINOLA : J’avais vu dans une page presse qu’il avait déjà participé au FÉMI.

Crédit photo: Samia QUINOLA

 

De gauche à droite: Samia QUINOLA, Harry ROSELMACK, Felly SÉDÉCIAS, Coralie TILLE. Crédit photo: Samia QUINOLA

 

Felly SÉDÉCIAS et Harry ROSELMACK. Crédit photo: Samia QUINOLA

 

Qu’est-ce qui ressort de ces deux jours ?

Felly SÉDÉCIAS : Il ressort de ces deux jours que Madame Euzhan PALCY est intervenue. Il y avait monsieur Christian LARA, monsieur ROSELMACK, une franco-burkinabé Claire DIAO qui a l’habitude de parcourir les festivals puisqu’elle est journaliste. Ensuite, il y avait monsieur Samuel CHAUVIN que nous avons reçu l’année dernière. En fait, le but était de voir où en était le cinéma antillais. Madame PALCY estime qu’il y a des films antillais, mais pas encore un cinéma antillais. Cela rejoint tout à fait notre travail à Mission Cinéma Caraïbe. Puisque nous allons créer la résidence d’écriture qui permettra de donner une opportunité à nos jeunes auteurs, de réfléchir sur une éthique, une esthétique pour les prochains films antillais. Parmi les invités, il y avait dans la salle en majorité des professionnels du cinéma. Ils ont expliqué tous les manquements : peu de financement des institutions, des moyens qu’ils n’ont pas. Dans le cadre du colloque, nous pourrons aller beaucoup plus loin sur cette discussion, d’où notre invitation à madame THÉOPHILE.

Samia QUINOLA : Ce sont des problématiques connues qui reviennent à la Mission Cinéma Caraïbe, Le MIFTC ou autres.

Crédit vidéo: Samia QUINOLA

Crédit vidéo: Samia QUINOLA

Donc, nous pouvons dire vous vous invitez mutuellement pour faire évoluer le cinéma antillais et caribéen ?

Felly SÉDÉCIAS : Actuellement, si nous ne travaillons pas ensemble, nous ne pouvons pas faire avancer ensemble le cinéma qui est une industrie. Une industrie, c’est plusieurs forces. BADDY, Producteur délégué de Death of Paradise, la série britannique filmée en Guadeloupe, était aussi présent.

Samia QUINOLA : Il y avait justement Priscilla DELANNAY, la Directrice générale et artistique du festival Nouveaux Regards.

St@y cinéphile !

Salaura DIDON